• Elaine Marquis

Un ménage du printemps à saveur minimaliste… en 5 étapes !

Même si l’hiver tarde à partir (il neige encore dans ma campagne!), c’est en fin de semaine qu’on change l’heure, signe que le printemps s’en vient. Remarquez que je ne m’en plains pas. Je peux profiter encore un peu de belles sorties en plein air. Comme la saison de ski achève, autant en profiter.

On est bien loin chez nous des premières tulipes, mais il y a des jours où ça sent le printemps. Le soleil est plus chaud, le fond de l’air aussi ! Ça donne le goût de faire le ménage, d’épurer, de ranger, de donner… Coudonc, suis-je en train de devenir minimaliste ?



Le minimalisme, ce n’est pas que les intérieurs blancs épurés, la garde-robe qui tient sur 10 cintres ou les armoires quasiment vides. À mon avis, dans notre culture, quiconque essaie consciemment de vivre avec juste ce dont il a besoin peut être qualifié de minimaliste. Je me considère minimaliste. Cela ne signifie pas que je ne consomme pas. J’achète de la musique, des billets de spectacle et des livres. J’achète des vêtements, mais seulement ceux dont j’ai besoin. Et je viens d'acheter deux étagères dans le salon !

Le minimalisme vous interpelle-t-il ? La surconsommation (c’est-à-dire consommer plus que ce dont on a besoin) vous pose-t-elle problème ? Avez-vous, comme moi, des problèmes de conscience quand vous mettez au recyclage tous ces emballages inutiles ? Essayez-vous de réduire votre empreinte écologique ? En achetant en vrac, en cuisinant vous-même confitures et légumineuses ? En évitant d’acheter juste parce que c’est en solde ? Besoin d’un coup de pouce ?


Il y a toujours un entre-deux entre l’hiver et le printemps au cours duquel les sentiers de rando sont trop bouetteux. Ce sera le moment parfait pour s’attaquer au ménage du printemps dans un esprit minimaliste. Pourquoi pas ?


Sans compter que le ménage a des effets positifs sur la santé. J’ai lu quelque part que 20 minutes de ménage par semaine réduirait le stress et les risques de dépression. Il nous permet aussi de rester actifs et de lutter contre la sédentarité. C’est aussi une belle activité à faire à deux ! Et le ménage, comme toute activité physique, libère des endorphines, une substance émise par le cerveau et qui procure une sensation de bien-être.

Bref, j’avais envie de vous parler de ménage, de minimalisme et de bonheur. Je vous ai donc concocté ma liste des 5 étapes pour un ménage de printemps régénérateur.




1. La bande son


Ha ha ! Vous vous attendiez à plumeau, torchon et aspirateur, avouez! Et bien non, la première étape demeure le choix d’une bande son stimulante. Pensez au personnage de Mrs. Doubtfire joué par Robin Williams dans le film du même nom (1993) et qui se déhanche sur la pièce Dude looks like a lady du groupe Aerosmith en passant l’aspirateur. Car il faut le dire, la musique a le pouvoir de changer notre humeur, de libérer notre créativité et de nous motiver, non? Choisissez des pièces de musique qui vous mettent de bonne humeur ou qui vous rappellent de bons souvenirs, comme la musique que vous écoutiez adolescent. La musique a aussi le pouvoir de libérer la dopamine, associée au bonheur. Eh oui ! Faire le ménage rend heureux !



2. Les bons outils


Autant s’équiper adéquatement pour s’atteler à cette tâche. Quand j’ai emménagé au chalet à demeure, je me suit dit que j’allais faire installer un aspirateur central. Et c’est chose faite. Pour mon plus grand plaisir. Rien de tel qu’un aspirateur de qualité, qui tire bien et qui se range facilement. Ça donne le goût de s’en servir !


Procurez-vous les outils nécessaires. Pour moi, ce sont des chiffons qui absorbent bien, des gants de caoutchouc de la bonne taille, un seau et une bonne «moppe», un plumeau Swiffer et le nettoyant multi surface concentré Mrs. Meyers à la lavande. J’adore ce nettoyant. Il laisse une odeur agréable de propre partout. Je l’utilise pour les murs, les planchers, les surfaces, partout partout. Il suffit d’en diluer une petite quantité dans un demi-seau d’eau tiède.

3. Une pièce à la fois

Allez-y une pièce à la fois. Vous serez moins dépassé par l’ampleur de la tâche. Et vous verrez les résultats rapidement, ce qui vous encouragera à poursuivre. Si le minimalisme vous interpelle, ce sera l’occasion d’examiner vos possessions et votre environnement et de décider de la direction à prendre. Commencez par des petits pas, un à la fois, et vous serez surpris de voir combien vous vous sentez regaillardi à chaque fois que vous mettrez un objet dans la boîte à don. On se sent plus léger! Ça fait du bien! Comme d’enlever les gros manteaux et les bottes d’hiver !


Ramassez tout ce qui traîne au sol, sauf les meubles et les tapis. Examinez attentivement la pièce. Y a-t-il trop de meubles ? Les pièces de mobilier sont-elles agencées de façon harmonieuse et pratique ? Tous les objets et les meubles sont-ils utilisés ? Est-il temps de se départir de telle ou telle pièce? Y aurait-il lieu de compléter le mobilier par une pièce pratique et qui s’harmonise bien avec le décor ? Est-il temps de repeinturer ? De rempoter les plantes vertes ? C’est le moment de réfléchir à ces questions. Au besoin, déplacez les meubles pour voir l’effet produit. Prenez des notes et des mesures au besoin (j’ai justement besoin d’une nouvelle enveloppe pour un coussin, j’ai noté les dimensions dans une liste sur mon téléphone). Prenez des photos des meubles que vous êtes certain de ne plus vouloir conserver et sortez-les de la pièce. Vous les offrirez à vos amis sur Facebook ou les annoncerez sur Marketplace.


4. Le grand nettoyage


  • Aspirez et roulez les tapis. Nettoyez-les au besoin. L’été, j’aime bien enlever les tapis, que je remets à l’automne, quand la saison froide s’installe et qu’on commence à chauffer le poêle. Cela facilite l’entretien, car il y a davantage de poussière chez nous l’été à cause des chemins de terre et de gravelle. On peut remplacer les tapis à poil plus long par des tapis de sisal ou de coco pour un effet plus estival.


  • Déplacez le mobilier au centre de la pièce et dégagez les murs le plus possible. Passez un plumeau dans le haut des murs et sur les murs pour éliminer les toiles d’araignée et les poussières. Nettoyez derrière les cadres aussi !


  • Nettoyez ! Préparez un seau d’eau avec le nettoyant de votre choix et mettez vos gants. Essuyez les plinthes et les calorifères. Si vous utilisez un chiffon absorbant, il n’est pas nécessaire d’essuyer à sec. Si vous avez des murs en bois (les miens sont peinturés), essuyez-les aussi. J’ai un foyer en pierres. Je vais passer l’aspirateur et l’essuyer avec un chiffon ou une éponge humide.


  • Passez l’aspirateur et lavez le plancher avec votre solution préférée. Passez l’aspirateur sur les canapés et les fauteuils. Retirez les housses hivernales (si vous en avez) et remplacez-les par les housses estivales.


  • Replacez le mobilier. Profitez-en pour vous demander encore une fois si tous ces meubles sont utiles. Canapés, fauteuils, tables basses, tables d’appoint, paniers, parfois on s’encombre. Pensez pratique. Quels pièces de mobilier utilisez-vous vraiment ? Pourriez-vous éliminer une ou deux pièces pour créer de l’espace, dégager un peu ?


  • Lavez ce qui peut l’être, comme les jetés et les enveloppes de coussins. Une fois qu’ils sont lavés, rangez couvertures et jetés dans des sacs Ziploc dont vous retirerez l’air à l’aide de l’aspirateur. J’aime bien ajouter des billes pour rehausser le parfum de la lessive.


  • Videz les étagères et les surfaces. Nettoyez chaque pièce de mobilier à l’aide d’un chiffon humide. Essuyez à sec au besoin. Faites le tri parmi les objets qui étaient exposés. Nous reviendrons aux fonds d’armoires. Rangez d’abord ce qui n’est plus de saison (les décos de Noël oubliées par exemple). Rapportez dans leur pièce respective tous les objets qui n’ont pas leur place dans celle que vous êtes en train de nettoyer. Quant aux objets qui restent, profitez-en pour épurer. Devez-vous tout garder ? N’y a-t-il pas des objets que vous pourriez éliminer pour faire de la place, pour alléger ? Éliminez tout ce qui ne provoque pas une étincelle de joie ou de fierté. Jetez ou recyclez ce qui est cassé, inutilisable ou dont vous ne voulez plus. Recyclez les vieux magazines, regroupez les documents pour les trier par la suite. Époussetez les objets à conserver et placez les autres dans la boîte destinée au centre de don. Vous pouvez aussi mettre en boîte les objets au sujet desquels vous hésitez. Vous y reviendrez.



  • Décrochez les rideaux et lavez-les. Lavez les fenêtres et les moustiquaires (attendez qu’il fasse suffisamment chaud). J’adore mes nouvelles fenêtres à battants, car elles sont si faciles d’entretien. Pas de doubles fenêtres à laver ! Profitez-en pour aérer. Pour les moustiquaires, je m’installe à l’extérieur par une belle journée. Je les vaporise de nettoyant tout usage et je les nettoie avec le boyau d’arrosage. Je les assèche ensuite avec une vieille serviette. Nettoyez les stores horizontaux à l’aide d’un linge humide. Lavez les luminaires et les ventilateurs de plafond. Nettoyez les abat-jour et les lampes. Remplacez les ampoules grillées.



  • La cuisine est une pièce importante et qui contient un nombre incalculable d’objets de toute sorte. Commencez par nettoyer le poêle. N’oubliez pas le tiroir et ce qu’il contient. Ensuite, videz le frigo, jetez ce qui est périmé ou qui ne sera pas consommé. Lavez-le et replacez les aliments. Videz les surfaces et nettoyez. Rangez ce qui peut l’être.


  • Attaquez-vous ensuite à une armoire à la fois. C’est le moment d’épurer. Préparez une boîte pour le centre de dons de votre localité et une autre pour le centre de tri. Si vous avez des objets dont vous ne vous êtes pas servi dans la dernière année, demandez-vous s’il vaut la peine qu’ils continuent à encombrer vos armoires. Cela vaut aussi pour les petits appareils électroménagers et tous les cossins de cuisine qui s’accumulent dans les tiroirs. Videz chaque armoire, chaque tiroir et faites le tri. Nettoyez et replacez. Ajoutez des paniers pour ranger au besoin.


  • Peut-être manquez-vous de place dans vos armoires. C’était mon cas jusqu’à ce que je me débarrasse de tout ce qui ne me servait pas. De combien de bols à salade ou de plats de service avez-vous besoin? De verres ? De tasses ? D’assiettes? Vous avez acheté une nouvelle essoreuse. Avez-vous besoin de garder l’ancienne qui ne fonctionne pas bien ? Jetez ce qui est ébréché, défraîchi ou taché. Éliminez.



  • Il faut aussi ranger les vêtements d’hiver. Commencez par laver ce qui a besoin de l’être. Chandails, polars, tuques, foulards, etc. Envoyez les manteaux chez le nettoyeur s’ils ne peuvent être lavés à la machine. Je lave même les bottes avant de les ranger (attention de bien les laisser sécher avant de les ranger) dans des boîtes transparentes.


  • Profitez-en pour vider la garde-robe ou l’armoire dans laquelle vous rangez ces articles et nettoyez-la. Faites le tri. Éliminez ce que vous pensez ne plus porter. Si vous avez acheté une nouvelle paire de gants en fin de saison, est-il nécessaire de garder la vieille paire ? Combien de tuques avez-vous besoin ? Rangez les articles par saison ou par type ? Les gants, les tuques et les foulards d’hiver ensemble par exemple. Ou alors tout ce qui concerne le ski ensemble.

  • Faites un tri des vêtements contenus dans la garde-robe que vous êtes en train de nettoyer. N’essayez pas de vous attaquer à toutes vos garde-robe en même temps. Vous serez vite submergé. Le truc, c’est de profiter de l’occasion où on est en train de ranger pour trier. Je garde toujours une boîte ou un sac pas loin pour y déposer ce que je désire donner. C’est ainsi que j’ai pris l’habitude de le faire régulièrement, un petit peu à la fois.


  • Examinez les vêtements de la prochaine saison (printemps, été) et demandez-vous s’il y en a que vous ne mettrez plus, que vous n’aimez plus, qui sont démodés ou qui ne vous vont tout simplement plus. Parfois, on est rendu ailleurs. Quand j’ai pris ma retraite, je me suis rendu compte que j’avais beaucoup trop de vêtements «de travail», alors que ma vie de retraitée tourne beaucoup autour du plein air. On change, on s’adapte, on simplifie. Même si je fais toujours un peu de suppléance au primaire, je n’ai pas besoin d’autant de vêtements «propres». Et savez-vous ? Rien de ce que j’ai donné ne me manque !


5. Au cas où… On ne sait jamais…


Attention à ces deux expressions ! On garde trop de choses au cas où, car on ne sait jamais… ça pourrait servir ! Mouais! Que faire de tous ces objets ? Si vous n’êtes pas certain, mettez en boîte ce que spontanément vous pensez ne plus avoir besoin. Ne réfléchissez pas trop. Si au bout d’un ou deux mois, au maximum six, vous n’avez pas ressenti le besoin d’aller chercher la boîte, c’est signe qu’il est temps d’aller la porter au centre de don.

Ça peut servir… Il est vrai que parfois, certains objets pourraient servir. À nos enfants, se dit-on par exemple, quand ils partiront en appartement. Encore faut-il avoir l’espace pour garder tout ce qu’on pense qui servira. J’ai plusieurs boîtes d’objets de cuisine dans la cave…

Quand on fait le ménage chez soi, on fait aussi le ménage à l’intérieur de soi. L’attention que l’on met à déplacer les meubles, à manipuler chaque objet, à frotter, je considère cela comme une forme de méditation en mouvement. Je ressens un grand sentiment de plénitude et de satisfaction quand tout est propre. C’est ce que je vous souhaite ! Donnez-m’en des nouvelles !


Élaine


24 vues0 commentaire